Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



Présentation de la chienne

A la demande de Maître Jean, voici une photo sur laquelle je suis exposée comme une bonne chienne.

IMG_20171005_165519087

 

.
 

Fantasme-2

Je devais être présente dans ma chambre d’hôtel et prête à vous recevoir pour 19h00. A 18h30,  je déposais sur le lit tous les accessoires (un lot de pince à linge, deux pinces lestées pour maintenir les nappe d’extérieur, une bougie large et des allumettes, une paire de lacet plat large et de longueur 8 œillets, une carotte au minimum de la taille de vote sexe, une boite de préservatif très lubrifiés et un masque de nuit) que vous m’aviez ordonné de me procurer pour la séance du soir, puis me déshabillais entièrement afin d’aller me doucher. A 18h50, j’attachais autour de ma taille un porte jarretelle de dentelle noir et y accrochait des bas de même couleur.  Je positionnais une pince lestée  sur chacun de mes tétons, puis après avoir totalement décalotté mon pénis posait une pince à linge sur  le frein à la base du prépuce et 5 autres sur le scrotum autour de mes couilles. 19h10, mon téléphone vibre, je regarde et vois un sms de votre part. (« je suis en bas. »). Je vous réponds en indiquant le numéro de chambre ainsi que l’étage ou je me trouve. Réponse de votre part (« J’arrive … »). Aussitôt, je me place juste derrière la porte, prête à l’ouvrir. Lorsque vous frapper 4 petits coups rapides, j’ouvre la porte et m’efface pour vous laisser entrer, puis referme aussitôt. (« bonjour nilin. Mets toi à genoux, mains derrière la nuque  et lèche mes pieds chienne ! ») Je me mets à genoux devant vous et lèche vos chaussures. (« Appliques toi salope, fais les briller ! »). Je m’appliquais à passer ma langue partout sur vos chaussures. (« C’est bon, cela suffit ! Suis moi à 4 pattes chienne ! ») je marchais à 4 pattes jambes arrière écartées tout de même, en vous suivant jusque dans la chambre. (« reste là ! »). Je me mis en position d’attente. Après avoir contrôlé tous les accessoires présents sur le lit, vous vous êtes assis. (« Approches toi ! Enlève mes chaussures ! » ) je m’approchais et ôtais chaussure et chaussettes. Vous vous lever (« Déshabilles moi maintenant ! ») je défis la ceinture et ouvrais le pantalon avant de le descendre sur vos pieds, puis je défis tous les boutons de votre chemise pour que vous puissiez l’enlever et enfin je retirais votre slip libérant ainsi votre sexe légèrement gonflé de désir. (« Tu aimerais me sucer la bite sale pute ? T’attend que çà grosse chienne ? Commence par lécher mes pieds et appliques toi ! ») je léchais vos pied l’un après l’autre, essayant de passer ma langue sur toute les zones. Vous avez levé un pied à mon niveau et l’avez appuyé contre mon visage. (Lèches mes orteils aussi »). Je léchai vos orteils les uns après les autres et parfois en prenais un en bouche pour le sucer. (Approches toi et suce-moi la bite salle putain ! ») je léchai votre sexe avant de le prendre en bouche et de le sucer avidement. (« Tes bien une grosse pute, t’aime çà sucer des queues, çà t’excite ma salope ! »). Vous attrapez ma tête à deux main et la basculez en arrière afin de me donner une forte gifle et de me cracher au visage puis vous recoller ma bouche sur votre sexe (« Suce moi encore un peu salope ! ») puis après quelque minutes durant lesquelles je vous suçais et reçus 3 ou 4 gifles vous avez attrapez ma tête à deux mains et l’avez basculée sèchement  en arrière puis je reçus un nouveau cracha au visage. Vous vous ête levé et après avoir allumé la bougie vous avez pris les pinces à linge restante. (« Tire ta langue de pute salle chienne ! ») . Aussitôt, je tirai ma langue, mais je reçu une forte gifle. (« Mieux que çà grosse pute ! »). Je sortie la langue le plus loin possible et vous y avez posé 2 pinces à linge. Vous avez ensuite pris le bandeau et me l’avez donné (« Bande tes yeux avec çà ! ») Je mis le bandeau en place. (« Mes tes mains dans le dos maintenant ! ») . Je mis mes deux mains dans mon dos en croisant les poignets que vous avez lié entre eux avec l’un des deux lacets. Vous avez appuyé sur ma tête et je du basculer en avant jusqu’à toucher le lit. (« Lèves ton cul ! Allez, cambre toi salope ! »). Vous avez alors saisie à pleine main mes fesses et les avez fortement écartées en les tirants vers le haut avant de recevoir une fessée de votre main. Une fois que chaque fesse eu été maltraitée comme cal 4 ou 5 fois, je rçus un fort coup de ceinture sur le cul, ce qui me fit gémir. (« je vais rougir ton gros cul de putain ! Avant de te défoncer, je vais te faire crier salope ! ») et plusieurs autres coups suivirent.  Vous avez ensuite saisie ma tête pour me redresser. Peu après, je reçus un violent coup de ceinture sur le ventre rapidement suivi de coups sur les fesses et les cuisses. Durant 2 ou 3 minutes vous avez alterné entre ces trois zones puis vous avez oter les pinces de mes tétons avec des coups de ceinture. ce me fit lâcher des cri de douleur chaque fois qu’un coup tombait sur l’un de mes tétons. Vous vous êtes alors placé dans mon dos et m’avez plaque contre vous. Vos doigt attrapèrent  fermement mes tétons et les travaillèrent sévèrement en les tordant ou en les tirant. A nouveau je criai comme je pouvais. Vous m’avez alors lâchée et être venu devant moi pour reposer chaque pince lesté sur un téton puis je reçus une forte gifle. Vous m’avez ensuite laissé là, à attendre, durant de longues minutes. Une main me saisie à la gorge en m’étouffant et ma têt fut relevée. Je reçu alors un cracha directement dans ma bouche et sur ma langue puis je fus ramenée en avant et plaquée sauvagement sur le lit. Je senti alors de la cire chaude couler sur mes fesse en me brulant. Peu de temps après,  je senti un objet gras pousser sur mon anus et doucement s’y introduire. Je me senti rempli et cela était légèrement douloureux. Après un court instant sans bougé, vous avez commencé par  un mouvement de légé de va et vient qui rapidement accéléra.  Moins  d’une minute après je subissais un assaut violent de mon intimité à un tel point que plusieurs fois l’objet fut totalement sorti avant d’être réintroduit d’un coup. Je gémissais de douleur et de plaisir, moi-même je ne savais plus. (« T’aime çà être baisé comme une femelle ! T’es vraiment une grosse pute ! Qu’est ce qui m’excite ton cul, je vais te défoncer comme une chienne et  te faire couiner comme une grosse truie ! »). L’objet fut oté et je senti votre sexe entrer en moi à la place. (« Ahhh, tu es à moi dorénavant ! ») Et rapidement vous avez commencé à me baiser sauvagement. Vos mains tirèrent sur mes épaules pour me faire me redresser légèrement tandis que vous me chevauchiez brutalement. Après un bon moment, vous m’avez totalement redressée. Vous être sortie de mon cul et rapidement vous vous êtes assis sur le lit, juste devant moi. Vous avez saisi ma tête à deux mains et vue que ma bouche était toujours ouverte et ma langue tirée par les pinces, vous avez enfoncé votre sexe d’un coup au fond de ma gorge et avez commencé à me baiser la bouche. Les pinces furent otées de ma langue, je reçus une forte gifle et à nouveau je fus baisé par la bouche. Parfois vous me mainteniez quelques secondes contre vous, le sexe gonflé d’excitation planté au fond de ma gorge. Puis, vous relâchiez l’étreinte et je recevais une gifle avant de recevoir un nouvel assaut. Les dernières seconde furent très intense, je fus baiser violement avant d’être fortement plaquer contre votre ventre et sentir votre semence inonder directement ma gorge.  Rapidement vous m’avez légèrement relâchée et avez essuyé votre sexe sur tout mon visage. (« tu es une bonne femelle, salope ! tu m’as vraiment excité salle pute ! nilin, vois-tu comme tu as besoin de moi pour te réaliser ! tu es une grosse chienne soumise et tu es faite pour ça, pour cette vie ! Regarde comme j’ai joui grâce à toi ! et vois comment cela ta excité, tu bande  rarement comme ça ! ») Vous avez alors retiré les pinces qui étaient sur mes couilles ainsi que celle de mon pénis. Ce fut douloureux et j’émis un petit cri ! Aussitôt, je reçus une forte gifle (« Silence chienne ! ») puis une seconde sur l’autre joue. (« Lèves toi ! »). Je me mis debout, mais mes jambes tremblais fortement et il me fallut quelque seconde pour que je me stabilise. Vous m’avez alors guidée vers le bureau. (« Tu vas monter sur le bureau, et y rester à genou ! Avant cela, je vais ouvrir les rideaux afin que tu sois bien visible de la route qui est juste en bas. »). J’entendis le bruit de rideaux que l’on ouvre, puis je fus guidée jusqu’à ce que je touche le bureau. Puis vous m’avez aidé à m’installer dessus face à la fenêtre. Un premier coup de ceinture sur mon cul me surpris et fut rapidement suivi de nombreux autre plus violent. (« Ecartes plus tes jambes sale pute ! ») ce que je fis le plus possible. Votre main appuya sur mon dos entre mes omoplates et me plaqua la tête contre la fenêtre. A nouveau je reçus des coups de ceintures sur les fesses. Vous avez ensuite glisser des coussins entre mes jambes jusqu’à ce que mon sexe soit en contact avec. (« Comme tu as été une bonne chienne ce soir, tu vas pouvoir  jouir comme tel. Tu vas te frotter comme une grosse chienne sur ces coussins que j’ai mis sous ton cul de salope mais sans éjaculer ! Juste avant, tu me demanderas l’autorisation et tu dois impérativement attendre mon accord. Attention, en aucun cas du pourras t’arrêter de te frotter une fois que tu auras commencé sinon on annule tout et tu resteras frustrée ! Compris salle pute ? »). (« Oui maître. »). (« vas-y salope, frotte toi comme une grosse chienne en chaleur pour te branler ta petite bite de merde ! »). Je me frottais contre les coussins et essayais de contrôler mon excitation. Après quelque minute, je sentis votre main pousser à nouveau dans le haut de mon dos pour me plaquer contre la fenêtre. Le plaisir et l’excitation arrivèrent enfin et me sentant proche de la jouissance (« Maître, je pense que je vais bientôt jouir s’il vous plait. »). Pas de réponse. Je reposais à nouveau ma question (« Maître, je vais bientôt jouir s’il vous plait ? »). Après un moment qui me parut trop long. (« Maître, je vais jouir là, je ne vais plus tenir, s’il vous, plait ») toujours ce silence, mais de nouveau votre main appuya sur mon dos pour me plaquer contre la fenêtre. Je luttais fortement contre moi-même pour ne pas jouir, essayant de pas trop appuyer mes frottements sans pour autant les arrêter ou perdre le contact avec le coussin. (« Arrêtes toi sale pute en chaleur ! ») je cessais tout mouvement sans bien comprendre le pourquoi cette interruption. C’est alors que je senti un objet gras contre mon anus et y être introduit profondément. Après quelques mouvements de l’objet dans mon cul mon excitation revint bien plus forte encore, mais je n’osai pas bouger. (« Allez !  Frotte-toi comme une chienne ! Etr n’oubli pas de t’enculer en même temps sale putain ! ») je me frottai d’avant en arrière contre le coussin et du coup, cela me permettait aussi d’être enculée sans que vous ayez besoin de bouger. De temps en temps vous accélérer les mouvements dans mon cul ce qui me faisait accélérer mes mouvements de bassin sur le coussin. Je ne pouvais plus lutter, je ne contrôlais plus rien de mon excitation ni de mon plaisir (« Ahhh ! Maître … je vais ahhhh jouir ahhh je ne tiens plus Maître, ahhh… s’il vous plait ahhh.. »). (« Arrêtes toi de bouger ! »)  je cessai aussitôt tout mouvement mais l’objet était toujours au fond de mon cul et mon excitation ne descendais pas.  Vous avez alors ôté les coussins de sous mon cul. (« Cambre toi salle pute, je vais te faire jouir comme une femelle car ce n’est que comme çà maintenant que tu pourras jouir ! »). L’objet commença de bouger à nouveau en moi et rapidement il me baisa sauvagement. N’en tenant plus (« maître, ahhhh, je vais ahhh jouir s’il vous plait ahhhhh… »). (« Tu peux jouir salle pute ») et aussitôt l’objet fut oter de mon cul. Me laissant totalement vide. (« Tu as une minute pour faire couler ta semence salle chienne ! Passé ce délai tu n’es plus autorisé à jouir ! ») Rapidement toutefois, ma semence coula par petites vagues mais sans le plaisir que je pensais avoir vu mon niveau excitation. (« Tu es une grosse salope, mais tu es incapable de jouir comme un homme ! ta bite ne te sers vraiment plus à rien salle garce ! c’est pour çà que tu m’as supplier de te laisser jouir ? T’es vraiment une grosse merde ! allez, descend de là ! »). Vous m’aider à descendre du bureau et au moment ou je suis sur pieds vous attrapez ma tête de vos deux mains et plaquer fermement mon visage et ma bouche sur le sperme étaler sur le bureau. (« Lèche salle pute ! lave moi ce bureau comme une bonne chienne ! »). Ce que je fis en m’appliquant.. (« mets-toi à genou salope ! »). je fus détacher et je pu ôter mon bandeau. (« Enlève les pinces de tes seins salope ! ») ce je fis non sans douleur et de petits cris. (« Maintenant, grosse pute viens me sucer la bite pour me remercier ! ») je m’approchai et prenais votre sexe dans ma bouche. Rapidement je le suçais avidement. Après un bon moment. (« Bon, je vais devoir y aller. Arrête de me sucer salle pute ! je vais prendre une douche, tu me suis à 4 pattes et ensuite tu me regarde ! ») une fois votre douche terminée. Vous vous être habillé tandis que j’étais toujours à genou, en position d’attente à vous regarder. Vous êtes retourné dans la chambre pour vous assoir sur le lit tandis que je suivais à 4 pattes. Je m’installai face à vous, à genou. Nous échangeâmes alors sur la soirée durant quelques minutes.

Projet1

.
 

Fantasme-1

Projet2Je devais être présente dans ma chambre d’hôtel et prête à vous recevoir pour 19h00. A 18h55,  je déposais sur le lit les accessoires (un lot de pince à linge, une bougie large et des allumettes, une paire de lacet plat large et de longueur 8 œillets, une carotte au minimum de la taille de vote sexe, une boite de préservatif très lubrifiés et un masque de nuit) que vous m’aviez ordonné de me procurer pour la séance du soir et à 18h57, ne portant qu’un porte jarretelle noir et des bas ainsi que le bandeau sur les yeux je me positionnais à genou devant la porte. Lorsque j’entendis frapper 4 petits coups, j’ouvris un peu la porte de la chambre et me reculait tout en restant à genou. J’entendis la porte se refermer et après quelques seconde et beaucoup d’appréhension je reconnu avec soulagement votre vois me saluer « Bonjour nillin » avant de recevoir une forte gifle. « Tu n’es pas très soumise salle chienne, et je vais devoir t’apprendre à m’obéir. Je te rappel que tu m’appartiens, tu n’es qu’une merde et je peux faire de toi ce que je veux tu comprends esclave ? » et je reçus une seconde gifle sur l’autre joue. « Oui Maître, je suis sincèrement désolée Maître ! ») Dis-je avant de recevoir une nouvelle paire de gifles. (Lèches mes pieds comme une grosse  chienne que tu es ! ». Aussitôt, je posais ma langue sur vos pieds et les léchais avidement. («Ce soir je vais bien m’occuper de toi. Tu vas souffrir juste pour mon plaisir, je vais de remettre à ta place, te briser afin de mieux prendre possession de ton corps, Tu es faite pour cela, m’appartenir, être à mes pieds et totalement soumise à mon plaisir. Es-tu prête à vivre cela maintenant ? Le souhaites-tu vraiment salle chienne de merde ? »). (« Oui Maître, je souhaite vraiment devenir votre esclave totalement soumise. »). (« Très bien nilin, alors redresse toi maintenant et mes tes mains dans ton dos ! »). Ce que je fis immédiatement. (« Non, mieux que çà, ta main droite doit toucher ton coude inverse et la main gauche aussi ! »). Je commençais à m’exécuter lorsque mes bras furent tirés en arrière comme s’ils étaient croisés dans mon dos et mon poignet droit fut attaché avec mon coude gauche avec un des lacets  et inversement mon poignet gauche avec mon coude droit avec le second lacet. Vous avez ensuite travailler sévèrement mes tétons avec vos doigts, ce qui me fit gémir, puis une première pince fut posée sur le téton gauche et une seconde sur mon téton droit. (« Tire ta langue de pute ! ») Ce que je fis, avant de recevoir une forte gifle. (« Mieux que ça salle chienne ! »). Je tendis ma langue loin hors de ma bouche pour que vous puissiez l’attraper avec trois pinces à linge, une de chaque côté et une sur le bout. (« Debout maintenant ! ») . Tandis que je  me levais (« Ecarte tes jambes ! ») ce que je fis. 5 pinces furent posées autour de mes couilles sur la peau  fortement étirer et un peu comme un collier ce qui m’obligeait à conserver les jambes écartées puis trois pinces furent posées sur la peau au bout de mon pénis. Après un court instant je sentis votre ceinture passer par-dessus ma tête et venir serrer mon cou avant d’être tirée vers la chambre. Je fus ensuite pousser ferment en arrière et mon dos fut plaqué au mur. Vous avez ensuite ôté la ceinture de mon cou (« Tourne toi face au mur et penches toi en avant salope et montre-moi ton petit cul de grosse pute ! ») Je cambrai mes fesses le plus possible en arrière et écartait un  peu plus les jambes. De la salive coulait abondamment de ma bouche ouverte. Mon sexe présentait une petite érection car j’étais très excitée. (« Cà t’excite d’être traitée comme une salle chienne, mais je vais t’apprendre ce que c’est d’être mon esclave ! Je te veux toute à moi ! Tu n’es qu’une grosse merde et je vais t’apprendre à obéir salope ! ») Vos mains saisirent pleinement mes petites fesses afin de les tirer en arrière pour découvrir et écartée ma rosette et ce à plusieurs reprise avant de recevoir une grande claque sur chacune d’elle. Après quelques secondes, je reçus un premier coup de ceinture sur les fesses, rapidement suivi d’une série de violents coups supplémentaires.  Cela fut rapidement douloureux et je commençais à me dandiner en gémissant. («  Oh que tu m’excite salle pute avec ton petit cul bien rouge, mes toi à genoux face à moi ! ») je me retournais sur place et me positionnais à genoux. Vous avez ôté les trois pinces de ma langue puis attraper ma tête entre vos deux mains avant de me coller violement la bouche contre votre sexe gonflé de plaisir. (« Suces moi salope ! »). Je pris votre sexe dans ma bouche et commençais à le sucer doucement avant de l’enfoncer de plus en plus profondément. Vos mains poussèrent sèchement ma tête en arrière et je reçus une forte gifle puis mon visage fut de nouveau coller à votre intimité. Je repris le sexe en bouche et continuais à vous sucer longuement et de temps en temps, je recevais une gifle avant de devoir reprendre. Vos mains saisirent fermement ma tête juste au moment ou après une gifle j’allais reprendre votre sexe en bouche et d’un coup vous avez enfoncez votre sexe au fond de ma gorge et avez plaquez mon visage contre vous. Je ne pouvais presque plus respirer et après quelques secondes qui me parurent longues vous avez reculé ma tête. Au moment où je reprenais de l’air je reçus  une violente gifle puis de nouveau vous avez enfoncez votre sexe au fond de ma gorge en plaquant ma tête contre vous. Cette opération fut répétée plusieurs fois. Des larmes coulaient de mes yeux tandis que ma bouche, mes joues et mon coup était trempés de salive. D’un coup, le viol de ma bouche cessa. Une main me saisit ferment la gorge et me plaqua la tête contre le mur tout en m’étouffant, ma tête fut relevé et je ressue plusieurs cracha sur le visage avant d’être relâchée. (« Tournes toi et présentes-moi ton cul de sale pute ! ») je me retournais et votre main plaqua mon front contre le mur à nouveau. J’eu tout juste le temps de me cambrer vers l’arrière lorsque  je senti une forte claque sur ma fesse droite rapidement suivi de plusieurs autre sur les deux fesses. Après une courte pause, je sentis un objet lubrifié forcer l’entré de mon anus et d’un violent coup pénétré profondément en moi. Je ne pus m’empêcher de gémir. (« Tu aimes ça salle pute, il y’a longtemps que tu attendais çà, hein nilin ? ») (« Oui Maître »). Après quelques secondes sans bouger vous avez effectué des mouvements de vas-et-viens, d’abord doucement, mais très rapidement de plus en plus vite et de plus en plus fort ce qui fait, qu’après quelque minutes seulement j’étais totalement baisée par la carotte. Régulièrement l’objet était sorti de mon cul afin de recevoir une claque sur une fesse et réintroduit d’un coup. Au bout d’un moment mon téléphone vibra, c’était ma femme qui appelait comme prévue à 20h00. (« C’est ta femelle salle pute, je vais décrocher et mettre le hautparleur et toi, tu  vas lui parler!  Pour te prévenir que tu peux finir je te donnerais une claque sur ton petit cul !»). Juste avant de répondre vous avez sorti la carotte et libérer mon cul. Tandis que je parlais à ma femme, j’étais à genoux devant mon Maître qui nous écoutait. Les minutes furent vraiment interminable et j’avais beaucoup de mal à me concentrer sur notre conversation. Je sentis une petite claque sur ma fesse et je sus que je pouvais terminer ma conversation. Ma femme me demanda de la rappeler vers 21h30 ou 22h00 car les filles seraient couchées. Juste après avoir raccroché mon téléphone. (« Suces moi salope, t’es vraiment une grosse chienne, salle pute ! ») et je sentis votre sexe contre ma bouche avant de l’enfoncer au fond de ma gorge. Tandis que je vous suçais avidement (« Qu’est-ce que tu m’excite salle pute ! Surtout quand tu parles à ta femelle en étant à ma disposition, j’adore çà ! Lève-toi salope et Tourne toi ! Présente-moi ton cul ! Allez, penche-toi en avant, plus que cela. Là, voilà, c’est bien») Vous êtes alors passé derrière moi et avez forcé d’un coup l’entrée de mon anus légèrement dilaté avec votre sexe et sans attendre avez continué de me baiser un bon moment. Vos assauts sont devenue de plus en plus violents et à chaque coup vous sortiez de moi avant de vous introduite à nouveau d’un coup et d’aller loin en moi.  Un moment vous êtes sortie d’un coup mais sans entré à nouveau.(«  Tourne toi et à genou salle pute, tu m’excite ! ») et une fois que je fus à genou devant vous. (« Ouvre ta gueule à jus et avale grosse pute ! ») j’ouvris grands la bouche tandis qu’ l’une de vos main poussait ma tête en arrière tandis que l’autre maintenait votre plaisir.(« Oh ouihhhhhhhhhhhhhhhhhh…. ») je sentis couler dans ma bouche votre semence chaude que je m’apprêtais à avaler lorsque vous avez enfoncé d’un coup votre sexe au fond de ma gorge en me plaquant à nouveau le tête contre vous. Après quelque seconde vous avez essuyé votre sexe sur mon visage afin d’y étaler les restes de semence mêlée à ma salive. (« bien, tu es une bonne pute et tu sais m’excité salope ! Tu es née pour être une esclave sexuelle, mon esclave sexuelle, tu entends chienne ? ») (« oui maître. »). Je reçus une sévère gifle. (« tu aimes la douleur salle putain ç t’excite ! je vais t’autoriser à jouir, mais seulement si tu acceptes une contrepartie. Le veux-tu nilin ?  Veux-tu jouir maintenant ? je te vois toute excités là, tu bande comme une grosse salope, tu ne veux pas jouir ? ») (« Si maître, je voudrais bien pouvoir jouir s’il vous plait ? ») (« très bien alors, tu acceptes donc mes conditions pour jouir ? ») («  oui maître, s’il vous plait ! ») (« tu es une bonne chienne nilin ! Ouvre la bouche et sort ta langues ! ») Ce que je fis. Deux pinces furent posées sur le bout de ma langue. (« Tournes toi et penches toi en avant jusqu’à poser ton front sur le sol et relève ton petit cul ! »). Je pivotais sur moi-même, et étant déjà à genoux me mis dans la position demandée. Je reçus un premier coup de ceinture, très violent, qui me fit gémir avant de sentir votre main retirer les pinces autour de mes couilles ainsi que celle de mon sexe. Puis je reçus de  nombreux autres coups sur les fesses. Cela était vraiment douloureux aussi je gémissais.(« redresses-toi salle chienne ! »). Je me mis à genou. Je reçus une forte gifle (« tu vas te taire salope, ou je frappe plus fort ! ») puis à nouveau une forte gifle sur l’autre joue. (« pour que je t’autorise à jouir comme une chienne,  je veux t’entendre réellement me supplier. Tant que cela ne me paraîtra pas sincère ou que j’estime que ça manque de conviction je continuerais à te faire mal, compris salope ? ») Je fis oui de la tête Vous avez alors ôté les pinces de mes tétons, ce qui fut douloureux, mais aussitôt, vos doigt les empoignèrent et les tordirent. Ce fut extrêmement  douloureux et des larmes coulèrent de mes yeux. Je reçus un coup de pied dans les partie génitale, ce qui me fit me plier en deux et me coupa le souffle.(« Redresses toi salle chienne, à genoux, je n’en ai pas fini avec toi, je vais te faire crier de douleur salle pute, car je veux que tu sache que tu n’es rien pour moi et que tu me dois une obéissance totale à chaque instant. Je vais te dresser pour que tu sois une bonne esclave bien soumise ! ») je me redressais juste pour recevoir une violente gifle. Je n’arrivais plus à retenir mes larmes. Je ressue alors plusieurs coups de ceinture sur le ventre et les tétons sensible et je me tordais de douleur en gémissant. De la salive coulait abondamment de ma bouche ouverte tandis que des larmes coulaient sur mes joues. Vous avez ensuite ôté les eux pince de ma langue. (« Garde la bouche ouverte et suce moi grosse pute ! ») je m’appliquais à vous sucer avidement et cherchait à vous recevoir en gorge profonde chaque fois que possible. Vos mains saisirent ma tête et d’un coup vous êtes allez buter votre sexe au fond de ma gorge avant de plaquer ma tête contre vous. Après quelques seconde vous être sortie et je reçus une forte gifle avant un nouvel assaut de ma bouche. Je fus baisée de la bouche un bon moment comme cela avec quelques gifles au passage. Vous vous êtes assis sur le lit et m’avez demandé de m’approcher de vous. (« Continue de me sucer comme une grosse chienne, tu m’excite salope ! »). Je vous pris en bouche à nouveau et vous suçais normalement si je puis dire. Un fort coup de ceinture retentis sur ma fesse droite puis rapidement un second fut donné à la fesse gauche. Le premier coup me fit gémir de surprise et douleur et les autres de douleurs tandis que je vous suçais toujours. Mes mains étant liées très haute dans le dos je ne pouvais pas masquer mes fesse et chaque coup était plus douloureux que le précédent. D’une main ferme vous avez plaqué ma tête contre vous ce qui eu pour effet de m’enfoncer au fond de la gorge votre sexe et tandis que mes fesses était encore fessée (« Hummm salope, que tu es bonne ! Veux-tu jouir comme une grosse pute maintenant ? ») vous relâcher ma tête. (« oui maître, s’il vous plait ! ») Vous me détachez les mains (« suce moi salle pute  et branles ta petite bite de merde mais ne jouis pas sans avoir demandé l’autorisation ! ») (« oui maître, merci maître ! « ) et je prends à nouveau votre sexe dans ma bouche pour le sucer profondément tandis que d’une main je me masturbais doucement. (Mets-toi à 4 pattes comme une grosse chienne et présentes-moi ton petit cul de salope ! ») ce que je fis immédiatement. Vous êtes passé derrière moi et d’un coup avez forcé mon anus. Je gémis de douleur tandis que vous commenciez à me baiser violement grands coups. (« Branles toi salope, allez, excites toi ! ») tandis que vous me baisiez sauvagement le cul je me mis à me masturber de nouveau. Rapidement, la douleur laissa place au plaisir et ce dernier devient totalement insoutenable aussi (« Maître, je vais jouir, je vous en supplie, je ne me contrôle plus, s’il vous plait, je vous en supplie :! ») et je cessai de ma masturber pour calmer un peu mon excitation. (« branles toi salope, je ne t’ai pas autorisé a t’arrêter et ne jouis pas encore grosse pute ! ») je repris la masturbation tandis que j’étais toujours baisée et rapidement cela devint à nouveau insoutenable. (« T’es vraiment une chaudasse, tu es une belle salope, j’ai rarement vue une chienne en chaleur comme toi, t’es vraiment une grosse pute nilin, et je vais te faire défoncer tous les trous par des Males, des vrais, pas une merde comme toi ! »)  Je luttais pour ne pas jouir. (« t’aime çà te faire baiser comme une grosse pute, tu es une vrai chienne, non mais regarde toi, tu es faite pour être une  femelle une grosse salope ! ») Dans un gémissement je vous coupais la parole (Maître, je vous en supplie, je ne tiens plus ! ») (« Tu ne jouis pas sans mon autorisation salle pute, et je n’ai pas dit oui ! ») (« s’il vous plait Maître, je n’en peux plus ! »). Vous vous êtes alors retirer d’un seul coup et avez cessé de me baiser le cul. (« Cesse de te branler salle chienne et croises tes mains derrière ta nuques. Tu peux  jouir maintenant, tu as 1 minutes, après tu ne pourras plus. « )(« Merci Maître ») Tandis que j’essayais de jouir malgré l’arrêt de toutes les actions qui étaient à l’origine de ma très grande excitation vous avez posé sur ma bouche votre sexe gonflé de plaisir. Je le reprenais en bouche et le suçait avec gourmandise et après quelques secondes et juste avant la fin de l’ultimatum ma semence coula doucement de mon pénis par toutes petites vagues mais la jouissance ne fut pas à la proportion de mon excitation, ce qui me frustra énormément. Quelques secondes après moi vous avez présenté votre sexe devant mon visage et tandis que vous vous branliez, vous avez lâché votre semence sur mon visage et ma bouche. (« hummm tu es une bonne chienne salope ! Ouvre la bouche !») je reçus la fin de votre sperme dans ma bouche. (« N’avale pas sale pute, garde le en bouche jusqu’à ce que je t’autorise à avaler ! »).Aussi, je le gardais en bouche, et au bout de plusieurs minutes, (« Tu peux avaler maintenant. ») ce que je fis. («  Déshabille toi entièrement et viens me rejoindre dans salle de bain ! »). Je m’exécutais rapidement et vous rejoins.(« Places toi à genou ici, dans la douche et ouvre ta grande gueule de pute ! ») Je fis ce qui était demandé. Vous avez approché votre sexe de mon visage et avez commencer à uriner, sur mon ventre, puis mon cous et mon visage avant de viser ma bouche.(« Avale grosse merde et appliques toi ! ») le liquide était chaud et légèrement amer, j’en bu un maximum. (« Arrête d’avaler et garde ma pisse dans ta gueule salle pute ! ») Je gardais de l’urine dans ma bouche et reçus les dernière goute sur le visage. Après m’avoir complimentée  vous avez exigé avant de partir que Je dû rester totalement couverte de votre urine donc sans pouvoir me laver  et ne pas avaler ce que j’avais dans la bouche jusqu’à ce que je reçoive votre appel. Je dû attendre ainsi plus de 3 heures avant de recevoir votre appel libérateur.

.
 

Premières règles

Maître Jean vient de m’imposer mes premières règles obligatoires et permanentes ainsi que mes premières contraintes de soumise :

  • Interdiction permanente et définitive de se masturber, d’éjaculer ou de jouir sans autorisation du Maître.
  • Interdiction permanente et définitive d’effectuer tout acte sexuel sans l’accord du Maître y compris dans le cadre conjugale.
  • Envoyer systématiquement un mail dès son arrivée au travail et un mail au moment de quitter le lieu de travail. Le Maître est sûr ainsi qu’entre ces deux mails, nilink est joignable par mail/sms/téléphone.
  • Rédaction d’un journal quotidien tous les jours ou nilink est au travail. Ce dernier doit être transmit chaque jour à 17h00.
  • Nilin.k n’est autorisée à faire pipi qu’aux heures indiquées par le Maître. Soit, au réveil, à 11h00, à 16h00, à 20h30 et au couché. Nilin.k n’a plus le droit d’uriner debout. Elle devra se soulager comme une femelle, assise en intérieur ou accroupie en extérieur.
.
 

Contrat de mise en esclavage

Voici le contrat que je pense signer :

Préambule :

Ce contrat est établi pour définir une relation très intime entre deux personnes majeures et librement consentantes,  et d’en établir les règles. L’intention est de renforcer l’autorité du Maître et son pouvoir esclavagiste. Bien que ce type de document n’ai aucune valeur juridique au regard du droit français, il est entendu entre les co-signataires que ce contrat est un supplément de contrainte et obligations au cadre légale pour l’esclave et qu’il règlera le formatage physique et mental de ce dernier afin de l’amener à son nouveau mode de vie et de lui rappeler son statut d’esclave en permanence.

Identification de l’esclave :

Nom de naissance : __________________________, Prénom(s) : __________________________,

Date de naissance : __________________________,               Lieu de naissance : ____________________,

Matricule Insee : ____________________________,              Sexe : ______________________________,

Taille : ____________________________________,              Poids :  ______________________________

Afin de conduire __________________________  à prendre pleinement conscience de son nouveau statut ainsi que de ses obligations et devoirs nouveaux, le Maître décide de le renommer « Nilin.k ». L’usage de ce nouveau nom doit systématiquement être privilégié, y compris en public et même en dehors du cercle BDSM. Dans ce même but, le Maître exige que Nilin.k pense, et parle de lui au féminin et se comporte en femelle soumise chaque fois que cela est possible, compte tenu des obligations légales et des convenances sociales impératives liées à sa vie familiale ou professionnelle.

Engagement de l’esclave :

Depuis très longtemps j’ai le désir obsessionnel de vivre, évoluer et de m’épanouir sexuellement  au travers d’une relation basée sur les règles et codes du BDSM. Pour me permettre de progresser dans la soumission et atteindre cet objectif, j’aspire sincèrement à être façonnée et dressée et accepte pleinement de renoncer à ma liberté et à l’absence totale d’intimité. Pour  permettre au Maître de m’accompagner pleinement dans mon évolution vers une soumission totale, je lui donne tous les droits pour m’éduquer comme il le souhaite et à être punie si nécessaire.

Début et fin du contrat :

L’application du contrat prend effet immédiatement, suite à la signature des deux contractants. Cet accord est conclu pour une durée déterminé correspondant à la période de novice (cf Objectif). A partir du statut de soumise, ce contrat est reconduit automatiquement pour une période à durée indéterminée et son caractère particulier permet de le considérer comme définitif, irrévocable et irréversible. Après avoir signé ce document, Nilin.k à bien conscience qu’elle ne pourra plus jamais revenir sur son engagement. Ce contrat ne pourra se terminer que par décision du Maître ou avec son accord si Nilin.k souhaite y mettre fin. Aucune justification ni aucun préavis ne sont nécessaire au Maître et il peut éventuellement définir des conséquences pour Nilin.k en cas de rupture.

Après signature du contrat, des modifications, des amendements et des compléments seront apportés par le Maître, notamment sur le paragraphe traitant des règles de vie de Nilin.k pour renforcer ses contraintes et obligations.

Application :

Tous les points et obligations traités dans ce contrat s’appliquent en permanence, en tout lieu (en privée comme en public), dans toutes les situations de la vie de Nilin.k et pour toute la durée du contrat. Nilin.k doit respecter intégralement toutes les règles, obligations et contrainte qui lui seront imposées sur ce document ou par le Maître, et accepte d’assumer seule tous les impacts et toutes les conséquences éventuels. De ce fait, Nilin.k renonce définitivement à tout droit de recours et toute autre forme de réclamation envers le Maître et ce contrat, y compris après la rupture ou l’annulation de ce contrat.

Limites :

Le Maître et Nilin.k s’accordent pour respecter une grande discrétion sur la réelle intimité de leur relation et sur ce contrat. Une vigilance permanente sera appliquée pour ne pas compromettre les vies de famille et professionnelle du Maître ou de Nilin.k.

La scatologie, la pédophilie, la zoophilie et toutes pratiques pouvant mettre en danger la vie de l’esclave ou de toute autre personne sont catégoriquement refusées par Nilin.k et marquent des limites à ne jamais franchir. En cas de maladie ou d’hospitalisation, Nilin.k pourra, après accord du Maître, être dispensée temporairement de l’application stricte de ce contrat et de toutes les règles associées.

Objectifs :

Nilin.k devra obéir à toutes les exigences du Maître et ce qu’elles que soient ces exigences, le lieu, ou les situations dans lesquelles elles sont faites. Si Nilin.k est sincère, elle vivra sa soumission à chaque instant et cherchera en permanence à développer ses capacités et ses compétences afin de progresser dans tous les domaines de sa vie d’esclave et repoussera sans cesse ses limites dans la soumission. Nilin.k fera tous les efforts nécessaires pour progresser et surmonter ses sentiments de culpabilité ou de honte ainsi que ses tabous et toutes ses inhibitions qui interfèrent avec ses capacités à  servir le Maître et qui limitent son épanouissement dans la soumission. En raison de la distance séparant les deux parties, des séances de domination pourront avoir lieu par webcam, email, téléphone et tous les autres outils de communication. Nilin.k devra se soumettre et obéir de la même manière qu’elle le ferait en réel et pourra se livrer aussi bien à des échanges qu’à des humiliations ou à des actes sexuels. Lors des séances de dressage, qu’elle soit réelle ou virtuelle, Nilin.k veillera en permanence à assurer un état d’excitation chez son Maître. Ces séances ne pourront avoir lieu que sur initiative et désirs du maître. Aussi, Nilin.k devra, à sa demande, se rendre disponible rapidement pour réaliser les envies de celui-ci.

Nilin.k, dans le cadre du service permanent apporté au Maître, a vocation à effectuer toutes les corvées ménagères et toutes autres prestations domestiques que le maître pourra exiger. Nilin.k est totalement corvéable, aussi elle pourra être amenée à exécuter toute demande de travaux, toute prestation de service et toute autre tâche pour le Maître ou toute autre personne choisie par lui et peut décider des conditions dans lesquelles la soumise devra les réaliser.

Nilin.k pourra, si elle le souhaite et que le maître l’accepte, passer par 3 niveaux de statut (novice, soumise et esclave). Le passage de l’un à l’autre ne sera possible qu’après validation d’une évaluation que Nilin.k devra subir et si toutes les conditions sont remplies. Le Maître peut effectuer lui-même ou faire effectuer ces contrôles. Seule Nilin.k peut demander au Maître à subir cette évaluation puisque cela correspond aux trois niveaux d’engagements de la soumise dans la relation BDSM.

Novice : Statut de Nilin.k dès signature et acceptation du contrat pour une durée minimum d’un an (date anniversaire de la signature). Durant cette période, Nilin.k doit, sous l’autorité du Maître acquérir les bases de la soumission et apprendre à obéir de façon inconditionnelle. Nilin.k devra apprendre à satisfaire les désirs et plaisirs du Maître, mais aussi savoir s’offrir et servir sexuellement et pouvoir être possédée plusieurs fois. Enfin, Nilin.k sera initiée au masochisme et devra pouvoir prendre du plaisir et jouir sous la contrainte et la douleur. A la fin de cette période, si elle se sent apte, Nilin.k pourra exprimer au Maître une demande d’évaluation, qui si elle est validée lui permettra d’atteindre le niveau de soumise.

Soumise : Une fois ce statut acquit Nilin.k renonce volontairement à toute intimité physique et mentale ainsi que le droit à une vie privée au profit de son statut  et pouvoir ainsi se consacrer pleinement et en priorité aux Maître. Nilin.k devient un véritable objet, propriété du Maître, et devra accepter toute forme d’humiliation, d’exhibition, de dépersonnalisation ou de mise à disposition d’autrui que le Maître décidera ou choisira. Pour progresser vers une soumission totale, Nilin.k subira un dressage sévère et très contraignant  ainsi qu’une éducation stricte, et très régulièrement des privations, des frustrations, des humiliations, des séances de bondages des sévices et châtiments corporels de plus en plus important et douloureux. En effet, la douleur et le plaisir, pour Nilin.k,  seront dorénavant intimement liés pour être une pratique banale et ordinaire au titre de la relation sadomasochiste qui est instaurée entre le Maître  et la soumise. Le  Maître a le libre choix de la nature, de l’intensité et de la méthode employée à ces fins de recherche de douleur sur Nilin.k. Nilin.k conservera ce statut pour une durée minimum de deux ans (date anniversaire de l’entrée dans ce statut). A la fin de cette période, si elle se sent apte et en a le courage, Nilin.k pourra demander au Maître l’autorisation d’atteindre le niveau d’esclave. En plus de réussir son évaluation, Nilin.k devra avoir suivi au moins un stage de 7 jours consécutifs au cours desquels la soumise sera maintenue en esclavage permanent (24/24).

Esclave : En obtenant volontairement ce statut, Nilin.k donne toute autorité au maître, et ce, dans tous les domaines de sa vie (privé, public, professionnelle et familiale) et devient une esclave totalement soumise qui devra vivre en servitude permanente. Pour cela, Nilin.k renonce définitivement à l’ensemble de ses droits et libertés, à toute classification sociale, tout droit basique applicable à un être humain ainsi que son identité propre et les droits civiques associés. Nilin.k portera si le Maître le souhaite une marque de son appartenance et de sa condition qu’il aura définit. Si le Maitre décide que le statut de son esclave soit public, Nilin.k accepte sans réserve qu’il puisse être dévoilé partiellement ou totalement, quel que soit le moyen, la situation, ou le lieu. Nilin.k répondra alors honnêtement et directement à toutes questions posées sur son statut ou la nature de sa relation sans chercher à préserver son intégrité morale, et inclura sans hésitation toute information, même intime, afin que la personne soit parfaitement informée.

Relation sexuelle :

Nilin.k offre à son Maître toute autorité sur sa vie sexuelle. Ainsi, le Maître peut se servir de Nilin.k comme objet sexuel quand et comme bon lui semble et lui ou toute autre personne (homme ou femme) ayant son accord pourront pratiquer tous les rapports sexuels de leurs goûts sur Nilin.k sans que la soumise ne puisse s’y opposer, qu’ils soient ou non humiliants ou dégradants. Nilin.k accepte que son anus et sa bouche, soient pleinement utilisés dans ce cadre et ses orifices seront totalement accessibles pour se faire saillir chaque fois et autant de fois que le Maître le souhaitera. Nilin.k accepte que son corps puisse être totalement offert à un groupe de personnes ou être le jouet de viols collectifs. Le maître peut aussi, s’il le désire, interdire toute relations sexuelles à  Nilin.k et ce pour les périodes qu’il déterminera. Nilin.k accepte que tout rapport sexuel avec son épouse sans le consentement de son Maître lui soit définitivement interdit et ne soit possible qu’avec l’accord de son Maître et aux conditions définies par ce dernier. Tous les rapports sexuels de Nilin.k en dehors du cadre conjugal ou avec toute autre personne que le Maître seront effectués sous une totale protection aux MST.

L’éjaculation, la jouissance ainsi que toute autre forme de plaisir sexuel de Nilin.k appartiennent définitivement au Maitre, qui pourra par conséquent interdire tout plaisir à la soumise, ou au contraire les fixer à sa guise. Le Maître peut ainsi maintenir Nilin.k dans un état d’excitation permanant par la frustration ou au contraire lui demander de respecter une chasteté totale. Le Maître pourra dilater l’anus de Nilin.k pour atteindre la taille qu’il jugera nécessaire pour permettre à la soumise d’accomplir pleinement son rôle d’esclave sexuelle.

Mise à disposition / Prêt :

le Maître peut si il le désire, donner ou prêter  Nilin.k à d’autre Maître(sse), ou toute autre personne de son choix. Nilin.k pourra être amenée ainsi à devoir évoluer, obéir, servir ou à s’exhiber devant certain ami et complices du Maître mais aussi avec de parfait inconnu (Cela pourra être fait en sa présence ou non). Quel que soit la durée de ce près, Nilin.k  veillera à conserver en permanence une attitude d’esclave totalement soumise, parfaitement obéissante et respectueuse vis-à-vis de la ou les personne(s) à qui elle serait confiée, et ce, qu’elles que soient ces personnes. Durant ces périodes Nilin.k devra totalement se consacrer à servir, honorer et donner du plaisir sans aucune hésitation ou autre considération pour elle-même, quel que soit la situation, les ordres ou désirs.

Image :

Nilin.k appartient totalement au Maître et lui a donc céder tous ses droits y compris en terme d’image. Aussi, le Maître peut réaliser ou faire réaliser toutes les photographies et films vidéo de tous les aspects de l’esclavage de Nilin.k et en user comme il le souhaite ou les diffuser quel que soit le support ou le média. Le Maître pourra choisir de masquer ou non le visage de Nilin.k, quel que soit les situations, les lieux ou les protagonistes.

Punitions :

Nilin.k accepte que des punitions sévères lui soit administrées pour toute hésitation ou refus d’obéissance, toute faute volontaire ou non et toute autre infraction à la lettre ou à l’esprit du présent contrat. La forme la durée et  l’intensité de ces punitions seront à la discrétion du Maître. Nilin.k  s’engage à ne pas volontairement adopter un comportement visant à rechercher une sanction. Quel que soit le système de punition mis en place, Nilin.k devra une fois la punition effectuée, exécuter l’ordre qui n’avait pas été respecté. Ainsi Nilin.k n’a pas la possibilité d’éviter ce qui est demandé ou de se soustraire à une obligation en acceptant une punition.

SafeWord :

Nilin.k peut utiliser un safeword pour signaler une situation dangereuse ou inacceptable à ses yeux ou au contraire confirmer que tout va bien. Pour cela, l’esclave dispose de trois mots : «Limite-verte» permet à l’esclave de signifier que tout va bien. «Limite-orange» n’a aucune implication directe autre que d’informer le Maître que l’on s’approche d’une situation dangereuse ou inacceptable. Le Maître est libre d’ignorer ou de respecter cette indication. « Limite-rouge » indique une situation dangereuse ou inacceptable. Le Maitre doit immédiatement interrompre toute activité en cours et permettre à Nilin.k de motiver  cette demande d’interruption. Le Maître est totalement libre d’accepter ou non la justification et s’il  juge cette dernière non pertinente pourra non seulement reprendre l’activité interrompue mais aussi décider de sanctionner ou non Nilin.k.  Si le mot «Limite-rouge » venait à être utilisé trop souvent par Nilin.k, le Maître pourra décider d’un nombre maximum d’utilisation possible par année.

La mise en place d‘un safeword est utile dans les séances ponctuelles, mais totalement  contreproductif pour mener un soumis à l’esclavage. Aussi, l’utilisation du safeword « Limite-rouge »  ne permettra jamais l’arrêt d’une punition motivée par une faute grave, volontaire ou non, de Nilin.k.

Règles et obligations :

Ce dernier paragraphe liste l’ensemble des règles, obligations et contraintes que Nilin.k doit définitivement appliquer ou respecter au quotidien. L’ensemble de ces règles forme la base de l’éducation de Nilin.k en posant sur sa vie un ensemble de contrainte qui formera le carcan dans lequel elle devra évoluer. Il sera complété en fonction de l’évolution de Nilin.k afin de renforcer son statut de soumise jusqu’à ce Nilin.k passe sous contrôle total et permanent.  Le Maître peu à tout moment et selon ses désirs modifier tout ou partie de ce paragraphe sans avoir besoin de l’accord de la soumise. Pour certifier en avoir pris connaissance, Nilin.k devra signer chacune d’elle :

1 : Nilin.k reconnaît et accepte la supériorité de son Maître, aussi, la soumise parlera toujours de lui en des termes d’amour et de respect.

2 : Nilin.k reconnaît que son but de soumise est d’obéir, servir, honorer et donner du plaisir à son Maître.

3 : Nilin.k n’a plus le droit de porter de sous-vêtement les jours ou elle n’est pas à son domicile.

4 : Nilin.k doit, en dehors des jours non travaillés, envoyer quotidiennement un compte rendu par mail avant 17h30 au maître.

5 : Nilin.k doit répondre ou envoyer un accusé de lecture au plus tard 30 minutes après réception d’un message du Maître (mail ou sms). Nilin.k doit impérativement répondre à tout appel entrant du Maître.

6 : Nilin.k ne peut plus avoir de rapport sexuel sans une autorisation préalable du maître, y compris dans le cadre conjugal.

7 : Nilin.k n’a plus le droit d’uriner debout. Elle devra se soulager comme une femelle, assise en intérieur ou accroupie en extérieur.

8 : Nilin.k n’est autorisé à faire pipi qu’aux heures indiquées par le Maître. Soit, au réveil, à 11h00, à 16h00, à 20h30 et au couché.

9 : Nilin.k devra apprendre à consommer sans limite la semence du Maître et s’abreuvoir de son urine en considérant ces présents d’essence divine.

10 : Nilin.k doit impérativement récupérer la somme minimum de 20 euros par semaine (hors vacance d’été). Pour cela nilin.k peu effectuer toutes les corvées ménagères et toutes autres prestations domestiques ou toute autre forme de service y compris sexuel. L’argent ainsi récolté sera placer dans une enveloppe et à l’entière disposition du Maître pour l’éducation de la soumise.

11 : Nilin.k doit ouvrir un blog sur internet sur lequel sera exposé sous l’autorité du Maître, sa vie et son évolution de soumise.

Signatures :

(Nilin.k) : Par ma signature ci-dessous, je reconnais n’avoir subi aucune contrainte ni aucune pression et que c’est volontairement et librement que j’accepte d’obéir totalement et définitivement à toutes les règles édictées sur ce contrat ainsi qu’à toutes autres que le Maître choisira d’ajouter à une date ultérieure. C’est uniquement mû par mon désir que je confie mon corps et mon âme, avec reconnaissance, au Maître, pour son plaisir et son usage.

(Maître Jean) : Par ma signature, j’accepte d’être le seigneur et Maître de Nilin.k, de bien vouloir régner totalement sur sa vie et lui prodiguer un dressage complet, à la condition que Nilin.k accepte sans réserve ce  contrat et en respecte à la lettre tous ses articles et ses points. Je prends possession de son corps, de son esprit et de son âme et en ferais mon esclave qui sera façonné et dressé pour obéir, servir, honorer et donner du plaisir, et la faire ainsi évoluer vers une soumission totale, si elle promet de se consacrer totalement et exclusivement à combler le moindre de mes désirs aussi longtemps qu’elle demeurera ma propriété.

 

Fait à ____________________________, le ______________________:

Signature de Maître Jean :                                                                                                        Signature de nilin.k :

.
 

Lettre ouverte

Actuellement, dans notre relation, j’ai la désagréable sensation de rester dans la partie idéale de la soumission, celle que je recherche, que je dirige plus ou moins inconsciemment. Bien que satisfaisant à plusieurs niveaux cela n’est pas à mon sens l’esclavage au quotidien et donc cela ne me procure pas le sentiment intense de me sentir vous appartenir. Mais ais-je réellement envie de passer de l’état de soumise à celui  d’esclave ? Suis-je prête à l’accepter, prête à vivre sous votre contrôle permanent, à être totalement dévouée  ? Oui, je le souhaite vivement et bien que cela puisse paraître comme une “opération”  violente à vos yeux, il est vraiment nécessaire de m’aider à lutter contre moi même et surtout contre ma raison qui fonctionne comme un système d’autodéfense. Je vous demande humblement de trouver  un moyen de me libérer de mes contraintes et de  mon éducation antérieure, ainsi que  de mes inhibitions . A mon sens, être esclave c’est perdre une grande part de sa liberté, afin de vous en faire don et accepter de façon définitive votre autorité. Il est clair que l’éloignement, ainsi que mes obligations professionnelle et familiales nous imposent beaucoup de contraintes, mais cela ne doit pas vous empêcher  d’exercer votre domination de façon permanente et de prendre le contrôle de ma vie. Dans le cadre de ma transformation en Nilink je dois apprendre à perdre toute volonté propre au profit de l’obéissance et tout ce qui se rapporte au “moi” doit être combattu et détruit. Ce long parcours mental et physique doit me conduire à perdre toute volonté, toute référence à la liberté, à oublier le temps afin d’être totalement disponible et surtout à complètement lâcher prise pour vous laisser  dirigée totalement ma vie sans plus aucune résistance de ma part. Aidez moi et apprenez moi à me comporter et vivre ma nouvelle vie d’esclave Nilink, notamment par le dressage et via un processus de rééducation et de resocialisation si nécessaire dont l’objectif sera de me modeler pour mieux vous servir. Je dois impérativement apprendre l’obéissance inconditionnelle et de façon étendue la pratiquée pour pouvoir devenir effectivement votre esclave. Cela suppose bien entendue une soumission complète de mon corps et de mon esprit à votre volonté  et des règles que vous souhaiteriez m’imposer. Pour que je puisse m’épanouir et arriver au bonheur dans l’esclavage, je dois apprendre à savoir souffrir, à être humilier profondément, de manière à ressentir mon appartenance, et subir en permanence cet implacable sentiment d’être possédée. Pour cela je souhaiterais que vous soyez très esclavagiste, sans plus aucune indulgence à mon égard et que vos punitions soient source de souffrance (que ce soit sur le plan physique ou psychique), c’est à dire qu’elles me poussent progressivement au-delà de mes limites réelles, et d’en durcir le traitement si nécessaire jusqu’à ce que je plis sans que je puisse trouver un échappatoire. Il est absolument nécessaire pour mon évolution que je vous craigne, aussi, les punitions doivent être sévères et très fréquentes, au moindre écart. Je pense qu’être esclave est un mode de vie qui doit s’installer en lieu et place d’un comportement social acquis depuis des années, et que je dois pour cela être complètement rééduqué afin que ma soumission soit permanente.
En signant le contrat j’indique clairement que je suis d’accord pour devenir votre esclave, aussi être possédée et être votre propriété sont synonyme de mon acceptation, donc je ne dois absolument plus pouvoir me rétracter sans votre autorisation.
Une fois les bases de notre relation établies par le contrat, il est important que vous preniez pleinement possession de votre bien et que vous puissiez organiser toute ou partie de ma vie. Je ne dois plus avoir le choix de mon destin, qui est dorénavant totalement à vous maintenant ! Dans le cadre de ma transformation, il est certain que parfois j’aurais des doutes face à la dureté du dressage, et ma motivation pourra être entamée. Pour passer cette étape de doutes et d’hésitations et arriver au stade d’esclave, il est très important que je ne puisse pas trouver d’échappatoire au dressage. Aussi, je vous propose de m’imposer une période incompressible pendant laquelle je ne pourrais en aucun cas et sous aucun prétextes faire jouer mon droit de reprendre ma liberté y compris pour des motifs familiaux ou professionnel. La durée de cette période de dressage doit être suffisante pour que je puisse dépasser le stade de soumission et atteindre le stade d’esclave. Durant cette phase, vous prendrez les commandes de ma vie et vous me façonnez physiquement et mentalement suivant vos besoins, afin de me faire renaître en tant qu’esclave. Il est important de ne me laisser aucun répis, aucun moment de liberté et plus aucune intimité durant cette phase, rien ne doit me permettre de penser par moi même, de désobéir ou de m’apporter le moindre plaisir ou la moindre jouissance. Seules les contraintes ou obligations, les restrictions, les punitions les humiliations et la souffrance  seront l’expression de votre domination et devront être suffisamment intense dans mon quotidien de manière ce que je me sente totalement brisée et à n’avoir plus que vous dans mon univers. De même, en maîtrisant totalement ma sexualité, par des interdictions de se masturber, d’éjaculer ou d’avoir un quelconque rapport sexuel y compris dans le cadre conjugal, en me maintenant dans un grand état d’excitation sexuelle associé à la une totale frustration du plaisir vous devriez pouvoir éviter des chutes brutales de ma motivation et me rendre de plus en plus obéissant. A un certain moment, vous  sentirez beaucoup moins d’opposition ou de résistance de ma part, les punitions se feront plus rares, je serais plus obéissant. Cela signifiera que j’aurai enfin accepté au fond de moi ma mise en esclavage et que votre Nilink sera enfin née !
.
 

Ma nouvelle vie commence ici :

Depuis très longtemps j’avais le désir obsessionnel de vivre, évoluer et de m’épanouir sexuellement  au travers d’une relation basée sur les règles et codes du BDSM. Pour progresser dans la soumission j’aspirai sincèrement à être dressé par un Maître qui aurait tous les droits pour m’éduquer comme il le souhaite et me  punir sévèrement  si nécessaire.  Je souhaitais aussi au fur et à mesure de mon évolution perdre ma liberté pour devenir un esclave qui évoluerait dans une absence totale d’intimité.

Dans ma quête, j’ai eu la très grande  chance de rencontrer Maître Jean qui a bien voulu faire de moi son esclave.  Afin de me conduire à prendre pleinement conscience du statut qu’il m’offre,  ainsi que de mes obligations et devoirs nouveaux, le Maître a décidé de me renommer « Nilin.k ». Dans le but de faire de moi une véritable lope, le Maître  exige que je pense, et parle de moi au féminin et que je me comporte en femelle soumise chaque fois que cela m’est possible.

Ce blog est ouvert à la demande de Maître Jean, et vous permettra de suivre mon évolution. Vous pourrez me voir acquérir les bases de la soumission et apprendre à obéir de façon inconditionnelle. Vous pourrez constater le développement de mes capacités et mes compétences afin de progresser dans tous les domaines de ma vie d’esclave. Me voir repousser sans cesse mes limites pour progresser et surmonter mes sentiments de culpabilité ou de honte ainsi que mes tabous et toutes mes inhibitions qui interfèrent avec mes capacités à  servir Maître Jean et qui limitent mon épanouissement dans la soumission. Vous découvrirez aussi mon initiation au masochisme afin que j’apprenne à prendre du plaisir et jouir sous la contrainte et la douleur.

.
 

Parloire |
Girlsofworld |
The Craftsman ~ La vie de l... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Buildingirls
| Stephanielaplusblonde
| MERCEDES ET JANINE